Desmotsmis.jpg
Le programme de la langue française en fête

Direction de la Langue Française

|

Pourquoi écrire trente-six mais cent six, il harcèle mais il chancelle, des garde-robes mais des gardes-barrière(s)… ? Ces irrégularités, et bien d’autres, figées par la tradition mais souvent déjà concurrencées par de nouveaux usages, sont au coeur de la réforme orthographique de 1990.

Il y a près de vingt ans, le Conseil supérieur de la langue française (Paris) a proposé un certain nombre de rectifications orthographiques sous forme de recommandations. Ces rectifications ont fait l’objet d’une publication au Journal officiel de la République française le 6 décembre 1990. Elles ont reçu l’aval de l’Académie française et des organismes linguistiques compétents au Québec (Conseil supérieur de la langue française et Office québécois de la langue française), en Suisse romande (Conférence intercantonale de l’instruction publique) et en Belgique (Conseil supérieur de la langue française).